Incidence de la communication moderne sur notre langage, La langue française comme révélateur de la société, La langue française et ses origines, Troubles obsessionnels de la communication

Insultes, jurons d’aujourd’hui et d’hier : petite étude comparative

Quand les BD inventent un nouveau moyen d'expression graphique.

Quand les BD inventent un nouveau moyen d’expression graphique.

On ne peut guère, à moins d’être totalement sourd, échapper à ces expressions charmantes qui fusent lorsqu’on emprunte une rue passante. Des insultes nous sont parfois adressées, mais personne n’en est dispensé et elles ne manquent pas de piquant, ni de vulgarité. De références culturelles, beaucoup par contre. Cela va du bouffon banal et en voie de ringardisation à la tête de fion (il y a longtemps que la tête de nœud ne fait plus recette), au zuna verlan des cités et à l‘enculé de ta race. J’ai même entendu un espèce de sans papier proféré par un collégien à l’endroit d’un de ses copains, absolument ravi du qualificatif, Léonarda n’avait pourtant pas encore fait recette. Bref, l’ensemble est assez limité et répétitif. Tout sauf inventif.

Injures du capitaine Haddock

Injures du capitaine Haddock

Où sont passées les envolées lyriques du capitaine Haddock avec ses bachi-bouzouk, troglodytes, analphabète, ornithorynque, ectoplasme, moules à gaufres crétin des Alpes, Boit-sans-soif ou cercopithèque et j’en passe.

Je me suis replongée avec délices dans mes souvenirs littéraires, dans Molière en particulier, qu’on n’étudie plus beaucoup dans les établissements scolaires et j’ai revu Argan courir après Toinette avec un bâton en hurlant chienne, carogne, je vais te rosser ou plus près de nous père Ubu  vagissant cornebouc ou cornegidouille. Il n’y a pas si longtemps, on aurait pu au moins se faire traiter de paltoquet, ou de jean-foutre, de pisse froid, de faquin, même de fesse-mathieu (Brassens aimait y recourir) et même de gougnafier, j’apprécie beaucoup ce mot, on en prend une grande bouchée avant de l’expectorer. Au passage je constate avec plaisir que ces qualificatifs, n’ont pas de féminin, il faut dire qu’à l’égard des femmes tout un jeu d’expressions orientées sexuellement abonde et pas du meilleur goût, tellement pas que je préfère les passer sous silence.

Si nous quittons les insultes pour réfléchir aux jurons, mots grossiers et pour tout dire gros mots, nous avions un choix quasi infini dans les temps anciens. Sans doute nos ancêtres aimaient-ils plus que nous se libérer la conscience et exprimer ainsi leurs ressentis. Tout de même les fichtre, diantre, bigre, ventre saint-gris, ou diable avaient de la gueule, tellement qu’une publicité automobile récente se référant aux règles du savoir-vivre en fait ses choux gras. Beaucoup de jurons convoquaient  Dieu  après le diable, comme jarnidieux, vertudieux, ventredieu, pasquedieu, tudieu ou crédieu et sa variante rustique crévindiou et se devaient de subir de légères altérations pour être religieusement correctes. Le deuxième commandement du Décalogue est formel « Tu ne prononceras pas le nom de dieu en vain ». On entendait par exemple crénom, foutrebleumorbleu ou morgué, sacrebleu, têtebleu, et enfin palsambleu, testigué, ou testiguienne. Les consonnes bl et gu faisaient passer la pilule, sonnaient tout aussi bien et ne risquaient pas de vous faire excommunier pour blasphème. D’ailleurs pense t-on seulement à ce qu’on dit en jurant ? On cherche avant tout à se défouler, et pour cela à employer des mots qui sonnent haut et fort. Si on avait des reproches à faire à la divinité, pour des raisons valables, car la vie était dure, il est possible tout de même qu’on ait un peu pensé au sens. Tout de même, reconnaissons que le putain que nous mettons à toutes les sauces est bien fade, tout en faisant, comme par hasard, référence aux femmes, et merdebordel de dieu ou encore bordel-à-queue, entendu dans la bouche d’une jeune femme très en colère, sonnent bien mais ne sont pas aussi imagés.

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “Insultes, jurons d’aujourd’hui et d’hier : petite étude comparative

  1. Je vous propose ceci ; le top 10 des insultes rares, élégantes, et joliment désuètes:
    http://www.topito.com/top-des-insultes-rares

    Publié par behemothe | 15 décembre 2013, 15 h 49 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Découvrez mon dernier livre

Entrer votre adresse e-mail pour suivre ce blog et recevoir une notifcation des nouveaux articles

Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :