La langue française comme révélateur de la société, Troubles obsessionnels de la communication

Quand les noms d’animaux nous servent de défouloir

Nous empruntons beaucoup aux noms d’animaux et pas seulement en amour. En général on parle de noms d’oiseaux, et se les donner revient à s’insulter, ou à s’injurier. Ainsi, et souvent pour désigner la sottise féminine, on va traiter une personne de bécasse, ou bécassine (ce n’est pas par hasard si la célèbre et naïve Bécassine de notre enfance portait ce prénom, elle qui débarquait de sa Bretagne natale, pour travailler à Paris comme petite bonne à tout faire et véritable oie blanche ou cervelle d’oiseau), de dinde ou encore de buse qu’on peut même affubler d’un coefficient multiplicateur triple buse, sans aller au delà ou en deçà ( en effet, pourquoi pas double ou quintuple ?). Traiter un homme de buse est encore plus injurieux puisque le nom est féminin, c’est la double peine, alors que grand serin est réservé à la gent masculine. Se faire traiter de pigeon ou de dindon de la farce, n’est pas non plus l’apanage d’un homme affûté.  Quant à la tête de linotte, elle réfère plus à la distraction qu’à la bêtise, mais peut être attribué aux deux sexes de façon égalitaire. En dehors des noms d’oiseaux proprement dits, on traite les idiots d’âne ou d’ânesse, avec la variante âne bâté. Les oiseaux servent encore de référent pour traduire un comportement, mouton renvoie à un personnage qui suit le mouvement sans réfléchir et se laisse manipuler, vautour est en général utilisé pour désigner un individu dangereux qui ne recule devant rien, sans scrupule et amoral, butor pour un brutal, et corbeau très péjorativement celui qui dénonce. Le petit coq représente un personnage qui fait du bruit et se rengorge pour se donner  de l’importance. On peut aussi faire l’autruche, être saoul comme une grive ou être bavarde comme une pie, trait réservé aux femmes, semble t-il. La vieille chouette serait réservée quant à elle aux femmes d’un certain âge pas très avenantes, revêches et curieuses. La poule, quand elle est mouillée, renvoie à la poltronnerie, et s’accorde avec les deux genres, sinon synonyme de cocotte elle désigne une personne de mœurs légères, de même que la grue. On entre avec elles dans la prostitution et dans un registre plus lourd, loin de nos amis à plumes, où l’on côtoie du hareng, du maquereau et de la morue, ça sent nettement moins bon. Les noms d’animaux vont encore servir, toutes races confondues, pour revenir aux comportements : le cochon ou le porc  pour ceux qui se tiennent mal à table ou se salissent  continuellement, sans oublier les accros au sexe, le chien ou la vache ou pire la hyène étant ceux qui ne lâchent rien, à l’opposé des bons et généreux, la langue de vipère étant réservée aux médisants, et sa variante vipère lubrique à ceux dont l’appétence pour les plaisirs charnels est proverbiale de même que la chienne en chaleur.  On peut se voir qualifier de hérisson quand on a un caractère un peu abrupt, ou de punaise quand ça va plus loin, assorti de méchanceté (sauf dans le cas de la punaise de bénitier qui ne veut de mal à personne mais dont le tort est d’être un peu trop assidue à l’église). Pour finir dans le domaine de l’esthétique, on peut traiter quelqu’un de face de rat ou entendre parler de quelqu’un qui sort avec un thon. Encore faut-il souhaiter à ces disgracieux de ne pas souffrir d’une haleine de cheval ou de bouc. Les voies langagières animales sont impénétrables et inépuisables.

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Quand les noms d’animaux nous servent de défouloir

  1. Il existe aussi des nom d’animaux utilisé de manière bienveillante : « ma biche » , « mon lapin » , « ma puce » …

    Publié par van Ditzhuyzen | 28 octobre 2015, 21 h 40 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Découvrez mon dernier livre

Entrer votre adresse e-mail pour suivre ce blog et recevoir une notifcation des nouveaux articles

Mises à jour Twitter

%d blogueurs aiment cette page :