La surexposition de soi, Troubles obsessionnels de la communication

Les auditeurs ont la parole

Autrefois, très peu d’émissions donnaient la possibilité aux auditeurs de s’exprimer sur les ondes, le dimanche matin à la rigueur, pour dédier une chanson à sa petite amie ou à un proche, en somme on ne demandait pas aux gens leur avis à tout bout de champ comme aujourd’hui. On peut même se demander si le métier de journaliste-radio n’est pas devenu une sinécure, consistant à répartir les prises de parole entre tous les intervenants, ça y ressemble bien en tous cas. Quelles sont les causes de ce changement profond ? D’abord, un concept né aux États-Unis, nommé talk show, ensuite la concurrence des nouvelles technologies. Puisque les internautes ou les expéditeurs de SMS pouvaient donner leur avis sur tout et n’importe quoi, il fallait leur abandonner un espace radiophonique aussi. Si la radio ne voulait pas se ringardiser, être distancée, en un mot rester dans le coup, il fallait partager le pouvoir d’informer et de réagir à l’information, apanage jusque-là réservé justement aux journalistes. Il y a sans doute quelques raisons politiques aussi, car, seules les élites passaient sur les ondes et il fallait donner l’impression au public qu’il était pris en compte, qu’on écoutait ses remontrances et ses desiderata, quitte à n’en rien faire par la suite. C’est bien connu, la dictature, c’est ferme-la et la démocratie, cause toujours. On a donc permis aux gens de jacasser. Les stations de radio se livrent un combat sans merci au sujet de leur audimat, l’enjeu étant d’apparaître comme la plus populaire et la plus ouverte à l’auditoire, elles ne s’en sont donc pas privées. L’effet escompté est là, puisque la plupart des interventions d’auditeurs commencent par une phrase du type : – Je trouve votre émission fantastique parce que vous nous donnez la parole. Ce qui permet aux animateurs de se rengorger.

Europe 1 arbore deux émissions interactives, Face à la rédaction et le Club Europe 1, sans oublier le fameux Téléphone rouge qui permet au public d’annoncer des évènements dont il est le témoin. C’est ainsi que tous les auditeurs de la station ont pu apprendre le parachutage sur Kolwezi, la catastrophe aérienne du Mont Sainte-Odile et le crash du Concorde, avant tout le monde. Aujourd’hui ce téléphone institutionnel existe toujours, mais il est relayé par une version numérique qui fonctionne 24h sur 24 et 7 jours sur 7 et une prime de 250 euros récompense la meilleure information de la semaine. Un internaute inscrit à Pôle emploi dans le quinzième arrondissement a vu arriver, un certain jeudi, Raymond Domenech en quête d’un conseiller et a immédiatement signalé cette information capitale. En ce qui concerne France Inter, trois émissions participatives figurent à la programmation, Le Téléphone sonne, Inter activ et Service Public. La dernière émission est ciblée sur les jeunes, qui peuvent exposer leurs goûts musicaux et aussi leurs problèmes spécifiques.

À RTL, La Matinale permet aux auditeurs de s’exprimer sur le thème du jour, comme celui du stress au travail, ou de l’impopularité du premier ministre en lien avec l’actualité. En milieu de matinée, Cela peut vous arriver prend en charge les victimes des arnaques en tout genre et tente de résoudre les problèmes kafkaïens auxquels sont confrontés des particuliers. Après le déjeuner, Les auditeurs ont la parole est une émission qui dure depuis plus de 30 ans. Le dernier exemple concerne une des radios les plus participatives au regard des multiples émissions qui jalonnent la journée, à savoir RMC. Bourdin and Co dure de 6h à 11h, suivi des Grandes gueules jusqu’à 13h, puis de Carrément Brunet, avant Lahaie, l’amour. La fin de journée est surtout consacrée aux informations sportives, sur lesquelles le public peut encore donner son avis, son sentiment sur les entraîneurs ou les joueurs. En bref, RMC justifie son slogan Info, talk, sport, tout au long de la journée. Comment se déroule concrètement une intervention d’auditeur, le schéma suivi étant quasiment identique d’une station et d’une émission à l’autre ? Il arrive que le thème soumis à l’avis du public soit fourni à l’avance, lorsqu’il est en prise directe avec l’actualité et un sujet plutôt brûlant et récurrent comme celui du stress au travail à la suite des suicides chez France Télécom ou la manière dont les dictateurs doivent être jugés, en lien avec les évènements de Tunisie ou de Libye. Dans ce cas, l’intervenant potentiel a pu préparer son allocution et peut même la lire à l’antenne, ce qui s’entend, au ton monocorde et au style moins oral employés. De plus, l’enjeu des sujets débattus est inégal, on a ainsi vu se succéder Faut-il inscrire la corrida au patrimoine de l’humanité ? ou Faut-il interdire la fessée ? ou encore Dominique Strauss-Kahn est-il victime d’un complot ? De toute façon, les personnes qui appellent sont reçues par des standardistes qui leur demandent d’exprimer et développer leur avis, notent leur prénom et leur provenance géographique, les mettent enfin en attente, ou en situation d’être rappelées, si elles sont retenues. Ces renseignements concernant ceux qui sont sélectionnés, en fonction de la qualité expressive et de la variété de leurs opinions, sont transmis à l’animateur, qui en général les introduit par une courte présentation comme : – Voici Jean-Paul qui nous appelle de Nantes, bonjour Jean-Paul, vous êtes en ligne, vous êtes plutôt favorable à la prime de 1000 euros vous ? et en général l’auditeur reprend de manière redondante : – Oui, bonjour, je m’appelle Jean-Paul et je voulais dire… Si des invités de marque participent à l’émission, l’objectif est de permettre aux auditeurs de les interpeller, échange inimaginable avec ces élites inaccessibles dans la réalité. Alors, l’animateur peut ajouter en direction de l’appelant : – Allez-y, parlez, le ministre vous écoute, ce qui appelle immédiatement une formule de politesse respectueuse en ouverture de la question posée : – Bonjour, Monsieur le Ministre, je souhaitais vous dire

On peut parler de double énonciation, comme au théâtre, c’est-à-dire que la communication se fait à plusieurs niveaux, non seulement entre l’animateur et ses invités ou entre l’animateur et les personnes au téléphone, mais encore devant un auditoire plus large et lointain représenté par le public des auditeurs de la station, qui, sans se manifester, est présent, dans une sorte de hors champ auditif. Ce qui, au final, donne une importance capitale aux propos tenus par ceux qui téléphonent, car ils s’expriment devant des milliers de gens. D’où la nécessité d’une sélection des interventions, qui ne peuvent jamais ou presque être spontanées. Ce sont surtout des opinions politiques et des critiques à l’égard des gouvernants ou des mesures récemment adoptées ou envisagées, qui sont formulées. Ces propos peuvent donner lieu à des statistiques, qui sont lues ultérieurement par le pouvoir comme autant de sondages d’opinion. Il arrive également que, dans le feu de l’action, celui qui téléphone pour donner un avis sur un thème précis s’égare et dérive sur ses problèmes personnels, avec un vocabulaire beaucoup plus oral qu’écrit et davantage d’authenticité. Il se pourra alors qu’on entende des mots et des expressions comme j’galère, j’en ai marre, i faut qu’i’s’mettent un peu à not place et des reprises de sujet incorrectes comme le gouvernement, il croit qu’il peut tout nous faire avaler. Le dernier accident fâcheux, susceptible de se produire dans une émission en direct, est que l’animateur ne puisse interrompre un phraseur, qui en général a commencé par – Je ne serai pas long, alors qu’il doit rendre l’antenne, et se répand en multiples – Merci, merci Jean-Paul, votre contribution nous a beaucoup intéressés, absolument inopérants.

Nous avons dit précédemment que les appelants étaient sélectionnés au standard, en principe une vingtaine sur deux mille, avec un second écrémage pour arriver à une demi-douzaine qui passera à l’antenne, ce qui provoque forcément des frustrations chez les refusés. Les stations ont résolu ce problème en ouvrant des répondeurs téléphoniques et des blogs en parallèle aux émissions interactives. Ainsi, personne n’est lésé, et chaque matin, l’animateur fait entendre les enregistrements portés sur les répondeurs et les internautes qui le souhaitent peuvent lire les avis rédigés sur les blogs, ce qui offre beaucoup plus de liberté d’expression et qui occasionne l’intervention de l’équipe de modérateurs.

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Les auditeurs ont la parole

  1. I went over this site and I think you have a lot of good information, saved to fav (:.

    Publié par Dale | 27 octobre 2012, 2 h 32 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Découvrez mon dernier livre

Entrer votre adresse e-mail pour suivre ce blog et recevoir une notifcation des nouveaux articles

Mises à jour Twitter

%d blogueurs aiment cette page :