Technologies contemporaines

Le câble : du « tuyau d’arrosage » à la fibre

84,8 % des foyers américains sont reliés au câble, 20 % seulement en France, pour deux raisons principales : l’histoire du réseau câblé un peu chaotique et la concurrence avec l’ADSL et la parabole individuelle, donnant accès aux chaînes du satellite. Sans compter aujourd’hui l’arrivée de la télévision gratuite avec la TNT. Mais le réseau câblé n’a pas dit son dernier mot, puisque depuis 2007 l’unification des divers opérateurs autour de Numericable, dont les capitaux sont britanniques, luxembourgeois et américains, a changé la donne. Des investissements énormes ont été entrepris pour moderniser le réseau, et l’offre de services Triple play : Internet, téléphonie et télévision, devient assez attractive et concurrentielle.

Revenons brièvement à l’historique. Dès la fin des années 1940 les États-Unis, la Suisse et le Benelux s’aventurent dans la diffusion par câble. En France, il faut attendre les années 1970 et les débuts sont difficiles. Au début des années 1980 la politique des télécommunications évolue et les investissements de l’Etat sont importants. Le câble est installé dans la plupart des grandes agglomérations, là où la population est assez dense pour justifier ces investissements. Le câble arrive dans les immeubles, en particulier dans les HLM, et chaque habitant peut être raccordé moyennant un abonnement mensuel. Une cinquantaine de chaînes peuvent être distribuées sur le réseau analogique ancien, le branchement coaxial est similaire à celui d’une antenne collective et surtout supprime des millions d’antennes sur les toits. Il suffit de faire installer chez soi une prise spécifique à moins de deux cents mètres de l’arrivée dans l’immeuble. Mais, un abonné au câble revient cinq fois plus cher en investissement, en raison du coût d’entretien du câble coaxial à changer tous les trente ans, et des amplificateurs de signaux. Si bien qu’en 2006, sept millions de personnes bénéficient de l’abonnement par câble contre vingt-cinq millions par satellite. Ensuite la concurrence de l’ADSL, et l’arrivée de la TNT contribuent à démotiver les consommateurs. Jusqu’au regroupement précité d’opérateurs en Numericable qui donne une impulsion nouvelle au marché. Comment ça marche ? Le réseau câblé utilisait les antennes terrestres pour capter les chaînes analogiques et les antennes paraboliques pour les chaînes numériques diffusées par satellite géostationnaire. Les signaux captés sont ensuite transformés et adaptés à la norme spécifique du réseau, DVB-C. Quand on parle du câble, il s’agit au départ du câble coaxial, avec des amplificateurs de lignes sur les plus anciens réseaux. Il se compose de deux conducteurs concentriques intérieur et extérieur, dont les diamètres peuvent varier, mais dont le rapport est constant. Ce système peu sensible aux perturbations électromagnétiques a été beaucoup développé pour les lignes à grande distance, LGD, et pour couvrir les régions sans réception hertzienne. Deux types de câbles ont été standardisés, le Thick Ethernet, ou Yellow cable, ou encore tuyau d’arrosage, utilisable sur 500 mètres et le Thin Ethernet, plus fin, Cheapernet, à longueur maximale de 185 mètres. Le câble coaxial est remplacé dans les réseaux à très longue distance par la fibre optique. Les systèmes numériques ont la possibilité de compresser jusqu’à un millier de chaînes télévisées. Un décodeur est alors installé chez l’abonné et actuellement Numericable propose dans ses alléchantes publicités, un très haut débit de 100 mégabits, ce qui permet concrètement de télécharger un film de 700 Mo en moins de deux minutes, cent photos de vacances de 350 Mo en moins d’une minute et un album MP3 de 50 Mo en moins de dix secondes. En téléphonie, l’abonné peut accéder à cent destinations en durée illimitée. En télévision on lui promet une qualité d’image et de son exceptionnelle, une résolution cinq fois supérieure à celle d’une télévision non Haute Définition et une qualité double de la Haute Définition par ADSL. Quant aux jeux en ligne, ils gagnent en intensité car les commandes sont exécutées en millisecondes et les réponses arrivent à la vitesse de la lumière. Plus de cent soixante villes sont aujourd’hui desservies, dix millions de foyers sont déjà équipés, objectif qui se doit d’être augmenté sinon doublé malgré une rude concurrence, dans les années à venir.

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Le câble : du « tuyau d’arrosage » à la fibre

  1. En France le service clients est absolument nul! Aux U.S.A si vous n’etes pas satisfait avec le service ou vous annuler ou on vous rembourse et on vous propose une amelioration avec un prix special pour evidemment vous encourager a garder le service avec la compagnie.

    Publié par Sylvie | 7 octobre 2012, 3 h 58 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Découvrez mon dernier livre

Entrer votre adresse e-mail pour suivre ce blog et recevoir une notifcation des nouveaux articles

Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :