La langue française et ses origines, Troubles obsessionnels de la communication

Locavore : un néologisme écolo

Ce néologisme a été créé à San Francisco par Jessica Prentice en 2005. Ce n’est pas récent, mais le temps que le mot traverse l’Atlantique et soit répandu dans les chaumières…Il est entré au Panthéon du Larousse en 2010 qui l’a sacralisé. Cette fois la TV l’a bien médiatisé, tous les jeudis sur France 5, un feuilleton documentaire animé par Églantine Éméyé, intitulé « 200 kms à la ronde », adaptation de l’émission canadienne 100 Mile Challenge (décidément nous sommes incapables d’inventer quoi que ce soit), montre le phénomène au grand public. Locavore signifie étymologiquement qui mange sur place. Un mouvement s’est créé en même temps que le mot, qui encourage les consommateurs à se nourrir de produits locaux, de produits frais, et de saison. Ce n’est pas seulement pour leur santé, même s’il est beaucoup plus sain de consommer des fruits ou des légumes moins traités pour supporter des transports sur de longues distances, pas non plus pour les aider à préférer les saveurs et le goût à l’insipidité, ni pour contribuer à grossir le contenu de leur tirelire, c’est surtout pour la planète. Et c’est là que les choses se gâtent, car nous retombons dans les oukases idéologiques des Verts. Nous savons tous que c’est complètement idiot de manger des fraises d’Afrique du sud en décembre, des pêches en plein hiver, des asperges au mois de février, car ces produits n’ont aucun goût et coûtent fort cher. Mais une fois de plus nous avons l’impression qu’on attente à notre liberté, qu’on nous infantilise. Pour moi qui habite en province, et qui ai le temps d’aller faire mes emplettes au marché de petits producteurs, c’est si bon de humer les bouquets de basilic, de menthe, de tâter les fruits, de soupeser les courgettes quand c’est autorisé par le marchand, et s’il y a un peu de terre sur les légumes et que je passe du temps à nettoyer tout ça avant de les entreposer dans le frigo, j’ai un peu l’impression de les avoir cultivés moi-même. Tout est plus cher qu’au supermarché, mais c’est meilleur et je sens bien que je participe à conserver la production locale, à sauvegarder des emplois. Le producteur donne des conseils aussi, telle variété d’abricot est plus appropriée à la confiture, telle sorte de pomme tient mieux à la cuisson, ou telle patate fera la purée moins collante. Mais je ne suis pas pour les contrats-paniers qui engagent toute l’année à prendre livraison d’un contenu tout prêt, avec un excédent de choux ou d’échalotes qui ne correspond pas forcément à mes choix, et qui risque fort de m’entraîner à jeter des légumes en surnombre et donc à gaspiller. J’aime flâner, chercher le meilleur prix sur le marché et choisir le produit qui parle à mon œil exigeant. Et puis je n’ai pas envie en achetant mes fruits et légumes d’avoir le sentiment de participer aux économies d’énergie et aux économies de déchets, même si ce n’est pas anodin. Cela me renvoie une fois encore aux toilettes-sèches, aux produits ménagers qui ne décrassent pas. Il y a un moment où l’excès d’écologie tue l’écologie et il faut savoir raison garder, comme disent les hommes politiques qui en sont les plus mauvais exemples. Jusqu’à preuve du contraire mon chocolat vient de Madagascar ou des Caraïbes, mon café du Brésil ou du Costa-Rica, ma vanille et mes épices de l’île Maurice, mes artichauts de Bretagne, mes melons de Cavaillon, mon boudin blanc de Rethel (de chez Demoizet, je fais de la pub), ceux que je préfère, et ça c’est sacré.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Découvrez mon dernier livre

Entrer votre adresse e-mail pour suivre ce blog et recevoir une notifcation des nouveaux articles

Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :