Communication politique, Troubles obsessionnels de la communication

La rhétorique des politiques

Extrait de Planète Com, à commander ici

Le jargon politique

Son objectif évident est la quête du Graal électoraliste. La première caractéristique de ce langage est qu’il est extrêmement travaillé, rien n’est laissé au hasard, tout est sous contrôle de directeurs de communication, et de conseillers dépêchés par des instituts réputés qui pèsent chaque expression et en calculent l’impact. Sa seconde caractéristique est d’être complexe, ou faussement clair. Les leaders des grands partis sont tous des lettrés cultivés ou des avocats dont la profession est d’user des mots le plus habilement possible, avec une expérience oratoire poussée, assortie d’effets de manche bien placés. Il arrive au commun des mortels d’entendre des expressions ampoulées comme l’empreinte environnementale dans la bouche d’une candidate écologiste ou encore comme les progressions spiralaires à l’école primaire dans celle d’un ministre de l’éducation, ou enfin des termes recherchés comme flagornerie, efficience, ou l’adjectif ubuesque, dont je ne suis pas certaine qu’ils soient compris de tous les citoyens. Pour finir, leur discours est dévoué entièrement à la séduction et laisse percevoir globalement quatre lignes de force : le volontarisme, la sécurité, la référence aux valeurs et la démagogie. Donner une impression de dynamisme et de motivation est en effet primordial dans toute relation avec le public qui choisit plutôt de confier son destin à des quadras ou des quinquagénaires en pleine maturité, qu’à des vieillards chenus et sages, comme c’était le cas autrefois. Le langage se doit donc d’être volontariste : – Le temps de l’action est venu (Nicolas Sarkozy, février 2008). Des études ont été réalisées sur les différents présidents de la Cinquième République, qui ont comparé la fréquence des Moi, je … dans leurs discours divers et il en ressort que Nicolas Sarkozy utilise en moyenne 17 fois cette expression sur 1000 mots, contre 7 fois au Général De Gaulle, 15 fois à Valéry Giscard d’Estaing, 18 fois à Jacques Chirac et 24 à François Mitterrand. Ce qui manifeste dans ce cas que l’hyperprésidentialité ne se limiterait pas aux expressions de l’égotisme, mais s’accompagnerait d’une tonalité magistrale et d’une gestuelle physique. Dans les partis d’opposition, l’expression reine serait Il y a urgence à et son corollaire Je me sens prêt à pour montrer que si rien n’a été fait dans aucun domaine, les successeurs potentiels brûlent de retrousser leurs manches afin de remédier aux carences précédentes.

Le thème de la sécurité, récurrent depuis le milieu des années soixante-dix, était à l’origine l’apanage des partis de droite, mais depuis le discours de 1997 de Lionel Jospin qui en faisait une de ses priorités, une rupture s’est produite et chaque tendance politique l’inscrit dans son programme, même les partis écologistes. Le code pénal est modifié tous les 2 ou 3 mois en moyenne et la sécurité touche tous les domaines, Internet, la circulation routière, l’éducation, les divagations nocturnes des mineurs, les pouvoirs de la police municipale, la vidéosurveillance dans les moyens de transport et dans les villes, et les récidives dans la délinquance et la criminalité. Le discours sécuritaire joue de la métaphore médicale d’une épidémie qui prendrait naissance dans les villes malsaines pour se répandre dans les campagnes paisibles et rapporte beaucoup d’adhérents à l’UMP, ainsi leur nombre se serait accru de 15000 entre fin juillet et début août 2010 à la suite du fameux discours de Grenoble du Président de la République. Des termes comme une flambée de violence, l’intention de tuer, des tentatives de meurtre, et des menaces de mort décrivent les évènements avec vigueur et promettent un soutien aux forces de l’ordre, un changement de fond, et l’assurance que les délinquants seront retrouvés et durement châtiés.

La référence permanente aux valeurs de la civilisation constitue la troisième source d’inspiration des politiques. En premier lieu, la France, dont le nom est prononcé avec emphase entre deux silences, France que l’on dit servir avec passion, et un dévouement dignes d’un sacerdoce, attelée au mot grandeur qui lui sert en général de figure de proue. Quelques expressions périphériques et malheureuses ont été proférées comme la France d’en haut et la France d’en bas, à une époque où l’on promettait de réduire la fracture sociale. Par contre la France qui se lève tôt, ou la France qui travaille dur et élève ses enfants, sont au hit parade des métaphores omniprésentes, comme autant d’images promotionnelles de la valeur Travail, dans une période de chômage élevé. Travaillez plus pour gagner plus, était un des slogans de la campagne présidentielle de 2007, Travaillez plus, Travaillez mieux un credo d’octobre 2011, et l’incantation permanente au travail ressemble à une litanie, dont on voudrait qu’elle opérât des miracles, et qui reste sans grand effet. La vision du travail dans certains partis est gratifiante, source de rémunération, de libération individuelle, et d’épanouissement, pour d’autres, qui ont toujours un pied dans le dix-neuvième siècle, il est aliénant et ses conditions pénibles et avilissantes. Temps de travail, durée du travail, coût du travail, reviennent en boucle dans les revendications salariales ou patronales. Le mot République a aussi la faveur des déclarations ministérielles, faisant référence aux lois de la République laïque et indivisible, nous renvoyant à une entité imaginaire, à mi-chemin entre la Démocratie et la Patrie, susceptible d’être mise en danger par ces étrangers envieux de notre prospérité occidentale. Enfin, les mots responsabilité et réconciliation jalonnent les sermons officiels, manifestant un sérieux et un altruisme à toute épreuve. Tous ces mots et expressions sont destinés à donner au pouvoir une assiette infrangible à la légitimité irréfutable et aussi en creux à fustiger leurs antonymes , laxisme, et assistanat.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Découvrez mon dernier livre

Entrer votre adresse e-mail pour suivre ce blog et recevoir une notifcation des nouveaux articles

Mises à jour Twitter

%d blogueurs aiment cette page :